Collectif Les Mots Sont Importants / Mots et maux d’une décennie / Lancement

Vendredi 20 mars 19h

Lancement en présence de plusieurs auteurs et autrices du livre.

Le collectif Les mots Sont Importants fête ses 20 ans. L’occasion de revenir sur quelques temps forts de ces deux décennies, ou plus précisément de la seconde : 2010-2020, avec un recueil à plusieurs voix déboulonnant les mots, les amalgames, les rhétoriques toxiques qui ont marqué la période. L’occasion aussi de poser quelques jalons pour la décennie qui s’ouvre, toujours sur les mêmes bases, suivant les mêmes boussoles : un devoir d’insolence face aux cuistres et face aux puissants, et une guerre acharnée contre les formes anciennes ou relookées de l’ordre moral, du patriarcat, du racisme et de quelques autres dominations. Bref : quelque chose comme une contre-culture de l’égalité.

Textes de François Atreyu, Julien Barnier, Leila Belkacem, Lila Benzid-Basset, Souad Betka, Corinne Billard, Dorothée Billard, Noëlle Cazenave-Liberman, Renaud Cornand, Pauline Delage, Christine Delphy, Nellie Dupont, Habib El Harrachi, Sébastien Fontenelle, Joao Gabriel, Clémence Garrot-Hascoët, Christophe Gaudier, Gaëlle Krikorian, Hassina Mechaï, Didier Moineau, Ndella Paye, Charlotte Puiseux, Thierry Schaffauser, Marine Sciuto, Sellouma, Marie Sterne, Nazlı Temir Beyleryan, Pierre Tevanian, Pacôme Thiellement, Sylvie Tissot, Najate Zouggari, Collectif antimasculiniste Île-de-France, S.P.I.N.O.Z.A., collectif Les mots sont importants.

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Revue Monde commun 4 / Lancement

Mercredi 18 mars à 19h

Monde commun est une revue semestrielle portée par un collectif d’anthropologues.

L’anthropologie trouve sa pertinence dans sa capacité à rendre le chaos du monde un peu plus intelligible. Elle est pourtant trop peu visible dans le monde médiatique et le public où elle reste contingentée, malgré ses évolutions diverses, à l’étude des « sociétés exotiques » voire « primitives ».
Le Projet Monde Commun veut rompre cette distance artificiellement entretenue. Il met en œuvre une anthropologie publique, qu’on nommera selon les cas, impliquée ou engagée, coopérative ou citoyenne. Bien ancrée dans l’enquête de terrain, générale, ouverte et pluridisciplinaire, à l’écoute du monde qui l’entoure et de ses enjeux contemporains, elle explore de nouveaux modes de dialogue, d’écriture et d’interprétation.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Michel Bulteau & Matthieu Messagier / Exuvies électriques / Jean-Michel Place / Lancement

Vendredi 13 mars à 19h

« Soirée impossible » en présence des poètes Michel Bulteau et Matthieu Messagier pour la parution du livre « Exuvies électriques » aux Nouvelles Editions Place. Œuvres réunies des deux poètes phares de la génération invisible du Manifeste Électrique aux paupières de Jupes.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Valérie Rey-Robert / Le sexisme, une affaire d’hommes / Débat

Jeudi 12 mars à 19h30

« Les violences patriarcales sont le produit d’un système de croyances dans lequel les hommes doivent dominer. La masculinité est partout liée au pouvoir et au contrôle ; les garçons l’apprennent dans leurs familles, par les médias, leurs copains, les jeux, le sport. Et tout en apprenant qu’il faut être fort et puissant, ils apprennent aussi que ce qui est féminin vaut moins que ce qui est masculin. »

« On ne naît pas homme, on le devient. »
C’est en partant de ce postulat que Valérie Rey-Robert analyse la construction du genre. Selon elle, le principal problème des violences faites aux femmes est la virilité. Elle nous invite à nous questionner sur la socialisation des garçons et des filles, sur la masculinité et sa violence inhérente, sur nos stéréotypes de genre.
Il appartient de déviriliser nos sociétés, pour que les hommes cessent de tuer leurs compagnes et leurs enfants, qu’ils cessent de se tuer entre eux, qu’ils cessent de s’automutiler. Ceci ne pourra passer que par un grand travail de prise de conscience et d’éducation.
Une problématique qui nous engage toutes et tous.

Valérie Rey-Robert est l’autrice d’Une culture du viol à la française (Libertalia, 2019). Elle combat les violences sexuelles depuis vingt ans et anime le blog Crêpe Georgette.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Lucie Rico / Le chant du poulet sous vide / Rencontre

Mercredi 11 mars à 19h30

« J’ai commencé à écrire Le chant du poulet sous vide comme un conte, de la même manière que le marketing fabrique des contes, jusqu’à nous faire croire que les animaux que nous mangeons sont d’adorables bêtes, saines et dévouées, avec lesquelles nous avons une relation. »
La mère est morte. Sa fille, Paule, revient à la ferme et à son élevage de poulets. Citadine, elle se retrouve à devoir s’occuper d’eux, les tuer et les vendre au marché. Quitte à devoir négliger son mari architecte. Mais en mettant à mort les poulets, Paule renouvelle sans cesse le deuil de sa mère. D’autant qu’elle s’attache à eux et ne parvient à les sacrifier qu’en leur rendant hommage, en écrivant leur biographie, en leur créant des stèles. Le roman est ainsi ponctué de biographies de poulet qui deviennent de plus en plus funestes. Paule trouve pour chaque petite bête un caractère. Ces biographies précèdent de peu la mise à mort. Ecrire devient à Paule aussi nécessaire que tuer.
Mais Paule entend améliorer l’existence des poulets. Elle retourne en ville avec un projet d’exploitation révolutionnaire. Le passage à l’échelle industrielle n’est pas sans risque, Paule commence à douter d’elle-même. Prise à son propre piège d’humaniser la viande à consommer, d’écrire des fictions sur les poulets. Le conte que Paule s’est inventé vire à l’absurde. Les personnages principaux du livre deviennent les poulets. Et l’humanité déraille doucement, victime de ses compromis entre son désir fou de consommation et de ses stratégies de dénégation d’une réalité sanglante.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Alain Deneault et Romaric Godin / Rencontre

Vendredi 6 mars à 19h30

La librairie accueille Alain Deneault et Romaric Godin pour une discussion sur le capitalisme néolibéral, le macronisme, les gilets jaunes et la répression inédite des mouvements sociaux. Venez nombreux.ses !

Alain Deneault, docteur en philosophie, est notamment l’auteur de  » La Médiocratie  » (2015, Lux),  » Politiques de l’extrême centre  » (2016, Lux) et  » Faire l’économie de la haine  » (2018, Ecosociété). La publication de son « Feuilleton théorique » (en six tomes) est actuellement en cours chez Lux éditeur. Le troisième volume « L’économie esthétique » parait le 5 mars.

Romaric Godin, journaliste à Mediapart, couvre notamment l’économie française.  » La guerre sociale. Aux sources économiques de la démocratie autoritaire  » est paru en septembre dernier.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Ludivine Bantigny / La plus belle avenue du monde / Rencontre

Jeudi 5 mars à 19h30

Une histoire sociale et politique des Champs-Élysées, des origines au Fouquet’s

Les Champs-Elysées sont un espace de projections fantasmées qui les dépeignent en avenue du luxe mondial, du plaisir et du pouvoir. En réalité, c’est un espace contesté, où s’éprouve la nouvelle guerre des classes. C’est ce que montrent aussi bien la « prise » répétée, de samedi en samedi, par les Gilets jaunes, que le côtoiement, à la fois feutré et violent, des domestiques et de leurs « maîtres ». C’est enfin un lieu populaire, où jeunes gens pauvres, stars du show-biz et mafias diverses se mélangent le temps d’une soirée.

Paris brûle-t-il ? Aux premiers samedis de décembre 2018, des scènes inouïes se déroulent sur les Champs-Élysées : des barricades sont en feu, des « Mariannes » affrontent des policiers, les vitrines de boutiques luxueuses sont brisées. Le pouvoir est visé et, avec lui, le Palais de l’Élysée : la peur s’installe au sommet de l’État. Quelques mois plus tard, le 16 mars, le Fouquet’s est saccagé. La cuirasse dont la célèbre brasserie s’enrobe ensuite, à la manière d’un sarcophage, semble parler de tout un monde enfermé là dans sa protection blindée : full metal Fouquet’s ironiseront certains. La symbolique est aussi puissante qu’inédite.

Ce livre propose de comprendre ce que signifie « prendre les Champs ». Il se plonge dans l’histoire de ce que d’aucuns nomment « voie royale », « voie de gloire » ou encore « voie sacrée ». Face à ces superlatifs qui dessinent depuis des siècles une mythologie sans cesse exacerbée, l’ouvrage invite au contrepied : au contre-champ. Recherche inédite à l’appui, fondée sur des archives foisonnantes et de nombreux entretiens, il plonge dans l’ambiguïté et la tension singulière des Champs-Élysées : avenue aristocratique et populaire, luxueuse et déviante, prestigieuse et contestée, toujours ostentatoire dans ses habits d’apparat mais mise à nu parfois dans les moments de révolte, d’insurrection et de révolution. « Les Champs » constituent un concentré de richesses et de démesure : ils permettent de saisir ce qu’est un « beau quartier », expression qui elle-même mérite nuance et distance. Mais c’est aussi un lieu intensément politique, où se nouent et se jouent bien des conflits, comme une métaphore du monde tel qu’il est et tel qu’il est disputé, attaqué, refusé. La « plus belle avenue du monde » est-elle aussi la plus rebelle ?

Ludivine Bantigny est historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen Normandie. Elle a notamment publié La France à l’heure du monde (Seuil, 2013), 1968. De grands soirs en petits matins (Seuil, 2018), ou encore Révolution (Anamosa, 2019).

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire