Dissonances #34 / Lancement

Samedi 19 mai de 17h à 20h venez fêter la sortie du numéro 34 de la revue Dissonances

Disso TACHE nb (2) WEB.jpg

Dissonances est une revue thématique et semestrielle (parutions : avril et octobre) de création et de critique littéraires dont les objectifs sont la découverte et la promotion de la littérature francophone actuelle dans tous ses états

existe depuis 2002 / en est à son numéro 33 / a lancé son 34 qui sortira en mai 2018

veut présenter pour chaque thème des points de vue et formes aussi divers que possible, des écritures fortes, des auteurs habités.

a abordé les thèmes « les États-Unis », « l’Europe », « la Religion », « le Sexe », « la Mort », « la Folie », « la Laideur », « l’Argent », « le Futur », « la Merde », « l’Amour », « la Peur », « Ivresses », « l’Autre », « Insurrection », « Masques », « Entrailles », « Idiot », « Maman », « le Vide », « Rituels », « Superstar », « le Mal », « la Peau », « Animal(s) », « Orgasmes », « Ailleurs », « Tabou », « Que du bonheur ! », « Désordres », « Nu », « Fuir » (à venir : « Traces »)

nourrit sa partie « création » des textes reçus à dissonons@revuedissonances.com où ils sont tous anonymés (y compris ceux des animateurs de la revue) avant d’être transmis au comité de lecture (nul disso-copinage : connus et inconnus, proches ou pas, tous les auteurs ont les mêmes chances de se faire publier).

illustre sa partie « création » par carte blanche donnée pour chaque numéro à un artiste unique à l’oeuvre duquel est de plus consacré un portfolio de 10 pages.

propose une partie « critique » en quatre rubriques : « dissection » où un auteur connu (il y a eu Hubert Haddad, Lucien Suel, Mathieu Riboulet, Abdel Hafed Benotman, Valérie Rouzeau, Jude Stéfan, Albane Gellé, Claro, Edith Azam, Ivar Ch’Vavar, Antoine Emaz, Eric Pessan, Emmanuelle Pagano, Lambert Schlechter, Philippe Jaffeux, Denis Péan) répond à un questionnaire fixe, « disjonction » où quatre chroniqueurs rendent compte de leurs lectures d’un livre remarquable, « dissidences » présentant huit ouvrages coups-de-cœur parus chez des éditeurs petits et moyens, « disgression » consacrée à un domaine autre que la littérature.

souhaite amener à ses auteurs un maximum de lecteurs : ne coûte que 5 euros (pour 48 pages sans pub) en librairie et 7 euros par la poste (possibilité d’un abonnement annuel pour 12 euros et d’un bi-annuel pour 20).

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s