Le Grand détour / Dominique Fabre & Charles Delcourt / Lightmotiv / Rencontre

Mercredi 22 novembre à 18h30, en présence de l’auteur Dominique Fabre et du photographe Charles Delcourt.

granddetour
La petite ceinture est une infrastructure ferrée implantée à Paris dans la deuxième moitié du XIXème siècle pour le transport des voyageurs et des marchandises. Elle traverse neuf arrondissements périphériques de la capitale et permet de découvrir Paris d’un point de vue différent. Témoignage du passé ferroviaire pour les uns, espace à reconquérir pour d’autres. Cet espace en friche, énigmatique, est un lieu propice aux observations urbaines et à la création artistique. En grande partie recouverte par la végétation, progressivement réhabilitée en jardin, elle est une pièce maîtresse d’un nouveau paysage parisien. A l’horizon 2020 ce seront 10 km ouverts au total ( 3,5 km en 2017) au public.

« Comme les rois d’un monde caché », Charles Delcourt, photographe, et Dominique Fabre, écrivain, ont parcouru ensemble cette boucle de 32 km, rencontré les habitants et les passants qui empruntent cet espace.

Né en 1960, Dominique Fabre a publié une dizaine de romans dont Moi aussi, un jour j’irai loin (Maurice Nadeau, 1995 ; Points, 2012), Ma vie d’Edgar (Le Serpent à Plumes, 1998), J’aimerais revoir Callaghan (Fayard, 2010) et plus récemment Il faudrait s’arracher le cœur (Editions de l’Olivier, 2012) Des nuages et des tours (Editions de l’Olivier, 2013), Photos volées (Editions de l’Olivier, 2014) qui a reçu le prix Eugène-Dabit du roman populiste et En passant (vite fait) par la montagne (Editions Guérin, 2015) et Les soirées chez Mathilde paru aux éditions de l’Olivier en 2017.

Charles Delcourt est architecte paysagiste de formation. On retrouve dans ses images un sens aigu de la composition, une mise en espace précise des êtres et des choses. Charles travaille la couleur pour en faire un trait d’union entre ses différentes photos et sujets. Il n’évite pas le décalage – joue avec nos certitudes raisonnées, désarçonne par les clins d’œil apparaissant dans sa photographie. Il vit sans doute le monde comme un passager souriant et solidaire.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s