Eric Chevillard & Jean François Martin / Défense de Prosper Brouillon / Éditions Noir sur Blanc / Rencontre et lecture

Jeudi 28 septembre à 19h, rencontre avec Eric Chevillard & Jean-François Martin animée par Sing Sing, suivie d’une lecture de Christophe Brault.

Chevillard_Defense_Prosper_Brouillon
Ce livre se présente à première vue comme une exploration de l’oeuvre merveilleuse d’un écrivain répondant au nom de Prosper Brouillon dans le but d’en faire l’éloge ; mais ce n’est qu’un déguisement : il s’agit en réalité d’un féroce réquisitoire contre une
certaine littérature institutionnalisée, pantouflarde et satisfaite d’elle-même. Qu’en est-il quand on y regarde de plus près ? Voilà à quoi répond Éric Chevillard dans ce livre aussi jouissif et frais que caustique et assassin. Prosper Brouillon est le nom donné à l’ensemble des écrivains chez qui ont été collecté les phrases, exemplaires, à partir desquelles Chevillard s’est amusé à reconstruire un faux roman délirant. Fruit de la collaboration au journal Le Monde entre Éric Chevillard et Jean-François Martin, qui en illustre le Feuilleton tous les quinze jours, ce livre comprend également une vingtaine d’images qui viennent ajouter un supplément de sens et d’humour à l’ensemble, pour un résultat des plus savoureux.

==============

Éric Chevillard est né en 1964 à La Roche-sur-Yon. Il publie principalement aux Éditions de Minuit à partir de la fin des années 1980. Depuis 2011, il remet la tradition du feuilleton au goût du jour dans Le Monde des livres. Sa chronique hebdomadaire y est illustrée par Jean-François Martin tous les quinze jours. Son
roman Le Vaillant Petit Tailleur a reçu le prix Wepler en 2004. En 2014, il est lauréat du prix Vialatte pour l’ensemble de son oeuvre. Son blog, L’Autofictif, dans lequel il publie quotidiennement, fait l’objet d’une publication annuelle aux éditions L’Arbre Vengeur depuis 2009. Dernier roman paru, Ronce-Rose (Minuit).

Jean-François Martin travaille pour plusieurs maisons d’édition et pour la presse nationale et internationale. Lauréat du Bologna Ragazzi Award pour l’album fiction 2011 et du Grand prix de l’Illustration, 2012, du Musée de l’Illustration Jeunesse de Moulins pour son travail sur les Fables d’Ésope. Ses illustrations sont primées depuis plusieurs années dans American illustration.

==================

À tous ceux qui aiment la littérature. Plongez dans ce livre décapant dans lequel Éric Chevillard s’amuse à épingler, avec des extraits authentiques, des auteurs remarqués par la critique et ayant obtenu de beaux succès de ventes, de nombreuses traductions en langue étrangère et des prix littéraires.
« Nous avons avec ces pages une idée de ce qui benoîtement
ou cyniquement s’écrit, se publie, se lit et triomphe aujourd’hui. »

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Eric Chevillard & Jean François Martin / Défense de Prosper Brouillon / Éditions Noir sur Blanc / Rencontre et lecture

  1. Estelle Ogier dit :

    Il faudrait installer pour Prosper Brouillon sa Table à Dédicacer : http://www.livreshebdo.fr/article/saint-etienne-teste-une-table-dedicacer

  2. Morigeon dit :

    Je viens de clore le dernier chapitre de cette « Défense de Prosper Bouillon » et je ne reviendrai pas sur le génialissime talent (celui là bien réel !) d’Eric Chevillard ni sur celui de Jean François Martin, qui ne l’est pas moins (génial et talentueux) et de ces illustrations qui font de ce livre un livre précieux. Evidemment ce livre est excellent et heureusement, comme nous le précise fort justement Eric Chevillard en note de fin d’ouvrage : « La littérature contemporaine (…) compte aussi par bonheur de très beaux écrivains, plus nombreux certainement qu’on ne le croit. » Et c’est rassurant car dans ces citations de « tête de… gondole », tant de vulgarité, d’indigence, de médiocrité, de nullité, de poncifs éculés, de mièvrerie nauséabonde… cela m’a d’abord beaucoup amusé, puis donné la nausée, puis révolté… Heureusement, donc, qu’il existe des écrivains et des livres. Des vrais. Et des libraires (à défendre) pour les défendre ! A propos, mon excellente librairie (qui ne fera pas d’ombre à « Le monte en l’air » 😉 , c’est « L’astragale », 108 rue de Sèze, à Lyon 6, et ses deux non moins charmantes et excellentes libraires !
    DöM de Lyon

  3. Dominique Morigeon dit :

    Je viens de voir, en me relisant, que j’ai commis un lapsus (assez révélateur) en écrivant « Prosper Bouillon », au lieu de « Brouillon » ! Peut-être parce que cette « littérature » c’est « de la soupe » ! Mes excuses, tout de même à Monsieur Chevillard !

  4. Jean-Pierre L. Collignon dit :

    S’il ne me fallait qu’une raison de me réjouir d’être de ce (très) bas monde, celle que constitue l’existence et l’immense talent d’Eric Chevillard suffirait amplement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s