Marcel Schmitz & Thierry Van Hasselt / Frandisco / Fremok / Lancement

Jeudi 28 avril à 18h30, venez fêter  la sortie de Vivre à Frandisco de Marcel Schmitz & Thierry Van Hasselt aux éditions Fremok

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans une caserne d’un autre temps, dans la cantine des cantines, Marcel Schmitz achève son déjeuner. Après cet essentiel moment de pause, il retourne à la mère de ses obsessions : une cité céleste descendue sur terre, formée de morceaux de carton dessinés et de bouts de scotch qui s’assemblent sous ses doigts. Cette ville mythique et magique, c’est FranDisco. Grâce à la haute précision des stylos de Thierry Van Hasselt, nous allons pouvoir nous y aventurer pour la première fois. Comme les victimes d’une hallucination collective, illuminés par une utopie intime, nous serons enfants de chœur, madone éclectique ou démiurge trisomique. Nous ferons l’expérience totale
d’une ville fictive et l’expérience fictive d’une ville totale. Nous vivrons à FranDisco.

FranDisco est une réalité urbaine qui se nourrit déjà de sa légende, et réciproquement. FranDisco existe, on l’a vue.  Au Théâtre du forum Meyrin à Genève, chez Agnès b. à Paris, à la Médiathèque de Charleville-Mezières dans le cadre des Nuits blanches… Mais avant tout à la « S » Grand atelier où elle est née. Située à Vielsalm dans les Ardennes belges et dirigée par Anne-Françoise Rouche, la « S » Grand atelier accueille des artistes porteurs d’un handicap. Depuis la fructueuse résidence qui donna lieu à l’ouvrage Match de Catch à Vielsalm, Thierry Van Hasselt n’a jamais perdu l’occasion de se rendre à la « S ».  Un jour il découvre que Marcel Schmitz, cet artiste trisomique qui a longtemps dessiné des villes abyssales aux innombrables fenêtres, vient de passer à l’urbanisme en trois dimensions, avec force scotch et carton. La ville de FranDisco avait commencé à s’édifier et à s’étendre, et plus rien n’arrêterait cette urbanisation galopante. Thierry Van Hasselt allait être le premier avalé. Durant des années, il va dessiner d’après nature la ville de Marcel, en constante évolution, il va écouter l’histoire de ses habitants à qui seule la voix de Marcel permet d’exister… Il va immortaliser Marcel Schmitz le bâtisseur, faisant peu à peu de lui le personnage principal d’une histoire qui n’aura plus pour seules limites que celles de leurs imaginations mêlées. Dans cette histoire, Marcel vit bien sûr à FranDisco.
Mais cette vie fictive est nourrie des moments bien réels où FranDisco voyage, emportant son bâtisseur et son chroniqueur. À chaque résidence commune, Marcel et Thierry ont poursuivi la construction de la ville et de la bande dessinée. Ces moments ont permis à Marcel de s’émanciper de sa condition, d’être reconnu en tant qu’artiste, de découvrir le monde et de l’intégrer à sa construction utopique… Cette émancipation, c’est aussi ce que raconte Vivre à FranDisco. Ce qui anime la ville, ce sont ces moments de bonheur que les artistes ont vécus ensemble. Au cours de ces aventures, Marcel a pris le stylo pour s’inviter dans le récit du reporter qui a dû, lui aussi, se faire
ouvrier de FranDisco. Comme dans tout bon projet Knock Out de la  « S » et du Frémok, il y a eu contamination : KO partagé. Thierry et Marcel se sont contaminés, et nous voilà à notre tour touchés. Emportés par une aventure aussi folle que généreuse. Libérés par un flot narratif émancipateur. Le Major fatal de Moebius peut remballer son garage hermétique, Cloclo peut ranger ses Claudettes, voilà Marcel Schmitz et sa FranDisco.  Thierry Van Hasselt prévient déjà : “Il est à craindre que tout comme l’expansion urbaine de FranDisco, le récit de sa traversée n’aura jamais de fin…”

Bienvenue à FranDisco : vous allez faire un fabuleux voyage.

Biographies
Membre  fondateur  et  cheville  ouvrière  du  Frémok,  Thierry  Van
Hasselt  est  tout  à  la  fois  artiste, éditeur,  graphiste  et  enseignant.
Auteur du remarqué Gloria Lopez, il  a  collaboré  avec  la  danseuse
Karine  Ponties  (le  spectacle  et  le livre  Brutalis)  et  la  poète  Mylène
Lauzon  (Heureux  alright,  Les  images volées). Avec Richard Bawin,
son   partenaire   dans   Match   de catch  à  Vielsalm,  il  a  initié Action
Mix Comix Commando, un processus nomade de création de bande
dessinées collectives.

Marcel  Schmitz  est  né  en  1966 à Bastogne. Il travaille à La « S »
Grand  Atelier  depuis  2007.  Son travail  repose  essentiellement  sur
une recomposition personnelle d‘environnements  architecturaux
tels qu ‘immeubles et villes parfois sillonnés  par  des  engins  de  son
cru.  D’abord  limitée  à  la  peinture, son  œuvre  s’est  étendue  au  vo-
lume  avant  de  se  lancer,  grâce  à la  collaboration  avec  Thierry  Van
Hasselt, à la conquête du temps.

La « S » Grand atelier déploie un riche  programme  de  résidences
et   de   collaborations   permettant la  rencontre  entre  artistes  handi-
capés “normaux” et artistes handicapés  “spéciaux”.  Cette  voie  qui
échappe tant aux standards de l’art brut  que  de  l’art  thérapie,  c’est  le
territoire  que  la « S »  explore  désormais  conjointement  avec  le  Fré-
mok  sous  le  label  Knock  Out.  On a pu y découvrir notamment le livre
manifeste Knock Outsider.

Advertisements
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s