Gaëlle Bantegnie & Jane Sautière / Au pays d’Alice & Stations (entre les lignes) / Éditions L’Arbalète Gallimard & Verticales / Rencontre

Mercredi 28 octobre à 19h,  à l’occasion de la publication de Au pays d’Alice aux éditions L’Arbalète Gallimard & de Stations (entre les lignes) aux éditions Verticales, rencontre animée par Sophie Quetteville entre Gaëlle Bantegnie & Jane Sautière .

gealle + jane 001
Au pays d’Alice de Gaëlle Bantegnie, éditions l’Arbalète Gallimard

«– Qu’est-ce que tu écris Maman?
– J’écris sur toi.
– Pas partout sur moi.
– Sur toi.
– Sur mon cou?»

Au pays d’Alice raconte les quatre premières années d’une petite fille d’aujourd’hui. Une période, rarement décrite dans le slivres, où rien n’est encore fixé, ni le langage ni la motricité.
En s’exerçant à regarder le monde à la hauteur d’Alice, Gaëlle Bantegnie redécouvre les objets, gestes, paroles qui le peuplent et auxquels l’adulte s’est accoutumé. Une expérience aussi sérieuse que légère qui la rapproche de sa fille et la conduit à réexaminer notre rapport au quotidien.
Après France 80, un premier roman très remarqué, et Voyage à Bayonne, Gaëlle Bantegnie poursuit son travail d’exploration des bouleversements invisibles de l’existence, qu’elle mène avec un sens aigu du détail.

Stations (entre les lignes) de Jane Sautière, éditions Verticales

« Maintenant, je ne travaille plus. J’aurai eu beaucoup de mal à atteindre la date limite, je suis un vieux cheval, marqué au col. Je circule à mes heures, et presque toujours parce que j’ai envie d’aller quelque part, évitant les heures de pointe. Et je veux absolument, alors que je quitte des moments durs et l’agitation furieuse, donner les notes prises lors de ces déplacements.»

Au gré de ses déménagements et emplois successifs, de ses passions amoureuses aussi, Jane Sautière raconte à travers les moyens de transport qu’elle a empruntés tout ce qui l’a imprégnée, traversée, déplacée. Entre regard documentaire et enquête impressionniste, elle expose les nuances d’une relation ambivalente avec ce « lieu commun », chaque station d’un vécu où se confrontent l’intime et le collectif, l’enfermement routinier et l’aventure d’un voyage sans cesse renouvelé.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s