Sandrine Martin / Petites niaiseuses / Éditions Misma + Anne Rouquette & Thea Rojzman / Émilie voit quelqu’un ; après la psy, le beau temps ? / Éditions Fluide glacial

Samedi 19 septembre à 17h30, lancement de Petites niaiseuses de Sandrine Martin aux éditions Misma et Émilie voit quelqu’un ; après la psy, le beau temps ? de Anne Rouquette & Thea Rojzman aux éditions Fluide Glacial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petites niaiseuses de Sandrine Martin, éditions Misma

Nous ne sommes qu’un grain de poussière dans l’univers. Nous croyons tous ça. Mais en fin de compte l’univers est fabriqué de toutes pièces. Au départ c’est le pays des Bisounours, du Père Noël, des douces grenadines, des salopettes en jean, des raviolis en boîte… Et l’enfance innocente laisse place à l’adolescence : Fun Radio, Beverly Hills, franges coquées, appareils dentaires et boums ratées… On abandonne finalement sa peau d’ado, on s’émancipe et on rejoint le monde adulte et ses amours déçus. Si tous ces moments de notre vie donnent un sens à notre existence alors nous sommes bien des grains de poussière et nous partageons tous un petit bout du même univers.
Dans Petites Niaiseuses, Sandrine Martin décrit le passage de l’enfance à l’âge adulte. Toutes les étapes sont racontées sous forme d’anecdotes introspectives qui mélangent le quotidien et la rêverie. Avec une tendre dérision, elle raconte les traumatismes de l’enfance. L’univers au départ ordinaire et quotidien de ces historiettes se charge de fantaisie, les cases se transforment en pièces et l’auteure nous invite à pousser les portes de son inconscient.
Inventif et vibrant, le dessin de Sandrine Martin possède une charge émotionnelle forte, sûrement celle de la nostalgie de l’enfance.

Émilie voit quelqu’un ; après la psy, le beau temps ? de Anne Rouquette &  Thea Rojzman, éditions Fluide Glacial.

Une BD d’humour sur la psychanalyse ! Émilie a 30 ans – le meilleur âge – mais aussi un copain accro à la télé, des parents gentils (synonyme d’intrusifs) et une soeur parfaite (synonyme d’insupportable). Bref, le quotidien est un peu pesant pour cette instit au look de Mary Poppins ! Décidée à se prendre en main, elle commence une thérapie plutôt déroutante avec une psy aussi aimable qu’un caillou et aux méthodes étonnantes pour cette novice en dogmes freudiens. Et pourtant, avec délicatesse et humour, de lapsus en actes manqués, Emilie retrouve le sourire. Attachante héroïne du quotidien servie par le trait délicat d Anne Rouquette et la plume subtile de Théa Rojzman, Émilie rend drôle le sérieux sujet de la psychanalyse. Fille de l’écrivain et psychosociologue Charles Rojzman, titulaire d’une maîtrise de philosophie, Théa nous offre une intelligente « Psychanalyse pour les Nul(le)s » !

Publicités
Cet article a été publié dans Evénements, Livres. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s