Magali Daniaux et Cédric Pigot / UV / Editions Supernova / Lancement

Jeudi 9 avril à 18h30, lancement de UV de Magali Daniaux et Cédric Pigot

uvMagali Daniaux et Cédric Pigot, dont les œuvres numériques, plastiques, sonores ou encore olfactives sont exposées à travers leur monde, publient pour la première fois leurs textes et poésies réunies dans un ouvrage : UV

« Sommes-nous prêts à la tempête et aux déluges des mots, à traverser l’érosion grêleuse de notre époque dans la confluence d’un prisme et d’un spectre verbal diluvien qui détournent, brisent ou reformulent nos vocabulaires dans une gigantomachia ? Sommes-nous prêts à perdre racine dans le flux délétère de l’incertitude quantique d’une nouvelle précision microscopique pointant les viralités et les métastases qui nous gangrènent le langage et nous pétrissent de certitudes ? Sommes-nous prêts à la pluriversalité idiolecte d’inventeurs de langages, d’inventeurs de métaphores, qui dans le continuum d’une poésie kinok nous donnent à voir une forme de post-exotisme délirant ou une fin du monde atomisée à la centrifugeuse poétique se métamorphose en la simplicité de moki qui annoncent la fin possible d’un hiver comme les dernières images de Matha de Poudovkine, où la glace qui fond s’incarne, renvoi attractif à la mutation révolutionnaire…. Sommes-nous prêts ? À savoir, nous laissons-nous encore ouverts à l’impossible de tout vrai langage comme l’exigeait Artaud en son temps dans Cî-git ….

Magali Daniaux et Cédric Pigot sont des artistes. Artistes de l’espace, traversant aussi bien les couches de l’œuvre à travers leurs collages que les couches géographiques tel le projet mené autour du Vault et du Devenir graine, que les couches du réseau comme ils ont pu le faire avec Lo Moth.

Le livre pour eux est d’abord et avant tout un espace. Espace d’expérimentation, de traversée et de trouée, de mise en tension de géographies scripturales et picturales, il est une épopée poétique démembrée qui recherche à se faire un corps singulier. Il est poétique nietzschéenne où les symboles et mots sont autant de seuils à la compréhension métaphorique de notre monde. 

Car ce qui les anime depuis déjà plus de quinze ans est cette question de l’hétérotopie et des dialectiques qui se matérialisent dans celle-ci. L’hétérotopie : l’espace n’est pas univers, mais plurivers. Il est mille feuilles en tension de différences hétérogènes. UV matérialise à l’évidence cela. Les différentes parties sont hétérogènes, molécules propulsées de logiques conditionnelles distinctes et repliées sur elles-mêmes tout en étant étrangement en porosité feed-back infinie entre elles. L’hétérotopie n’est pas incompossibilité fondamentale des dimensions et des mondes, mais agencement stratigraphié d’expériences spatiales qui séparées pourtant entrent en écho, déroulent les multiples tensions d’un temps — celui de l’écriture d’un monde, celui des livres du temps — où devra d’une manière ou d’une autre apparaître une ligne de fuite permettant de répondre de ce gouffre techno-bio-politique où l’humanité a basculé il y a de cela plus d’un siècle…  »

Philippe Boisnard – Extrait de la préface de l’ouvrage.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s