Le Massicot – Lectures de prison / Editions Le Lampadaire / lancement

Vendredi 24 novembre à partir de 18h30,  soirée de lancement de Le Massicot – Lectures de prison,  de la fiction à la réalité de la prison et inversement, un dispositif des éditions Le Lampadaire

prison

Un  roman, Le Massicot, évoque, sur le mode fantaisiste, le monde de la prison  et les lectures qu’on peut y faire, il est associé à une recherche documentaire sur la réalité des lectures de prison, Lectures de prison

Quelques mots sur les livres

Le Massicot, Sophie Saulnier

Quatrième de couverture : « Minute, mortel  ! Patience  ! ce n’est pas terminé.  » rugit le lion de saint Jérôme qui connaît toute la difficulté de son enquête. Il doit résoudre l’énigme de la mort d’un éditeur et prouver l’innocence d’un jeune écrivain que tout accuse.

Et quand on a un chat entre les pattes, un chien et un ours comme adjoints, que ledit éditeur se demande s’il est Ponce Pilate ou Jésus-Christ, que saint Jérôme fait réciter des poèmes à ses animaux et s’entiche de théâtre, alors oui, le lion a raison de le dire « ce n’est pas terminé  » et il faut s’attendre à ce que la résolution soit complexe et pleine de rebondissements.

À la fois loufoque et d’une logique rigoureuse, ce Massicot montre avec une ironie cruelle les méandres et les dangers de la création littéraire.

Lectures de prison

Du château de la Bastille aux prisons d’aujourd’hui : ensemble de documents-textes et de documents-images sur les bibliothèques de prison et sur l’accès (ou le non-accès) des personnes détenues à la lecture.

L’ouvrage organisé en cinq chapitres aborde les questions suivantes :

  1. Pourquoi l’État veut-il que les détenus lisent ? 2. Comment sont organisés les fonds ? 3. Quel est le fonctionnement de la bibliothèque de prison ? 4. Comment savoir ce que lisent les détenus ? 5. Quel lieu pour la bibliothèque pénitentiaire ?

Contributeurs : Philippe Claudel pour la préface ; Philippe Artières, Guillaume de la Taille, Marianne Terrusse, Jean-Louis Fabiani, Claude Poissenot, pour les ouvertures de chacun des chapitres ; Jean-Lucien Sanchez  pour la postface.

Direction éditoriale : Sophie Saulnier

Design graphique : Bureau DGC, Philippine Chaumont

Quelques mots sur la maison d’édition

Fondées en 2017, les éditions Le Lampadaire proposent deux collections en parallèle. La collection des Nouveautés publie la littérature contemporaine. La collection des Curiosités publie en écho à chaque Nouveauté son ou ses sous-texte(s) : documents, images, raretés, textes oubliés… Le face-à-face entre les deux collections interroge le fait littéraire.

 

Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

On prend les mêmes et on recommande / Emmanule Blervaque, Stéphane Ellias et Laurent Ribet / Lancement

Jeudi 23 novembre à partir de 18h30 lancement de On prend les mêmes et on recommande de Emmanule Blervaque, Stéphane Ellias et Laurent Ribet publié aux éditions Le Monte-en-l’air.

on prend les memes

Les trois auteurs du truculent Il Pleut des Vaches qui pissent sont de retour pour une nouvelle roublardise. Forts du succès de leur premier opus, les revoilà avec une sélection impitoyable d’expressions de la langue française (mal)heureusement malmenées par leurs proches. On Prend les Mêmes et on recommande compile la crème de la crème du glissement langagier. Débarrassées de leur sens initial, rehaussées d’une peau toute neuve, les expressions autrefois familières ont basculé dans l’absurde, un endroit où le nonsens dominerait le monde pour notre plus grand plaisir. Ce réjouissant recueil est agrémenté d’illustrations de Vincent Bergier, Camille Burger, Chris Fuzz, Ksenia Khashkovskaya, Colombe Nicolas, Aurélie Pollet et Laurent Ribet.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le Grand détour / Dominique Fabre & Charles Delcourt / Lightmotiv / Rencontre

Mercredi 22 novembre à 18h30, en présence de l’auteur Dominique Fabre et du photographe Charles Delcourt.

granddetour
La petite ceinture est une infrastructure ferrée implantée à Paris dans la deuxième moitié du XIXème siècle pour le transport des voyageurs et des marchandises. Elle traverse neuf arrondissements périphériques de la capitale et permet de découvrir Paris d’un point de vue différent. Témoignage du passé ferroviaire pour les uns, espace à reconquérir pour d’autres. Cet espace en friche, énigmatique, est un lieu propice aux observations urbaines et à la création artistique. En grande partie recouverte par la végétation, progressivement réhabilitée en jardin, elle est une pièce maîtresse d’un nouveau paysage parisien. A l’horizon 2020 ce seront 10 km ouverts au total ( 3,5 km en 2017) au public.

« Comme les rois d’un monde caché », Charles Delcourt, photographe, et Dominique Fabre, écrivain, ont parcouru ensemble cette boucle de 32 km, rencontré les habitants et les passants qui empruntent cet espace.

Né en 1960, Dominique Fabre a publié une dizaine de romans dont Moi aussi, un jour j’irai loin (Maurice Nadeau, 1995 ; Points, 2012), Ma vie d’Edgar (Le Serpent à Plumes, 1998), J’aimerais revoir Callaghan (Fayard, 2010) et plus récemment Il faudrait s’arracher le cœur (Editions de l’Olivier, 2012) Des nuages et des tours (Editions de l’Olivier, 2013), Photos volées (Editions de l’Olivier, 2014) qui a reçu le prix Eugène-Dabit du roman populiste et En passant (vite fait) par la montagne (Editions Guérin, 2015) et Les soirées chez Mathilde paru aux éditions de l’Olivier en 2017.

Charles Delcourt est architecte paysagiste de formation. On retrouve dans ses images un sens aigu de la composition, une mise en espace précise des êtres et des choses. Charles travaille la couleur pour en faire un trait d’union entre ses différentes photos et sujets. Il n’évite pas le décalage – joue avec nos certitudes raisonnées, désarçonne par les clins d’œil apparaissant dans sa photographie. Il vit sans doute le monde comme un passager souriant et solidaire.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Vincent Fillon / Entre deux. Entre lieux, entre temps / Loco / Lancement

Vendredi 17 novembre de 18h à 21h, rencontre avec Vincent Fillon à l’occasion de la publication de Entre deux. Entre lieux, entre temps aux éditions Loco.

Cet ouvrage réunit une trentaine de photographies dont les superpositions et le jeu avec l’espace font surgir une architecture passée et en devenir. Mots, pages et images se répondent pour laisser apparaître les fantômes de prises de vue, de lieux oubliés et de temps révolus. Cet ouvrage réunit une trentaine de photographies dont les superpositions et le jeu avec l’espace font surgir une architecture passée et en devenir. Mots, pages et images se répondent pour laisser apparaître les fantômes de prises de vue, de lieux oubliés et de temps révolus.entre-deux-Monte-en-lair

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Pierre Brunet / Le triangle d’incertitude . Calman Levy / Lancement

Samedi 18 novembre à 17h, venez rencontrer Pierre Brunet à l’occasion de la publication du Triangle d’incertitude aux éditions Calman Levy.


cover Triangle

Il y a des choses que même un soldat endurci n’oublie pas. Surtout quand il se sent partiellement responsable d’un désastre – et quel désastre ! Etienne aurait-il pu éviter le massacre de Bisesero, au Rwanda, lorsqu’il y était déployé en 1994 ? Mille deux-cents Tutsis massacrés en trois jours sans que l’armée française n’intervienne… Evidemment non : la décision de ne pas bouger était venue de plus haut. Homme d’action, il  a dû compter les victimes.

De retour en Bretagne, Etienne s’abîme dans une perdition intime… Sa passion pour son métier d’officier, les camarades de son unité d’élite, sa femme, ses enfants, rien ne peut atténuer la honte qui le ronge et son besoin de s’avilir. Il largue les amarres, au propre comme au figuré. Naviguer avec Gilliatt, son voilier, pour trouver une autre existence, pour que le vent du large chasse le souvenir de l’odeur de la mort dans la chaleur suffocante de Bisesero. C’est dans des eaux naufrageuses ou sa vie ne compte plus qu’il défie enfin les fantômes des défaillances du passé…

Le triangle d’incertitude est un roman magistral sur la culpabilité et la rédemption. C’est aussi un roman d’action, où le mano a mano avec la mer fait écho à une autre lutte, celle qui oppose un homme d’honneur à l’image qu’il se faisait de lui-même, et dont le combat le plus difficile sera de retrouver les siens.

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Projet 27 Poses : Coline / Présentation

Jeudi 16 novembre à 18h30, lancement de Projet 27 Poses : Coline.

PAIEN_COLINE 27 POSES_MELA

Présentation du livre Projet 27 Poses : Coline 

Le Projet 27 Poses est une collection de livres conçus par PAÏEN (Lia Pradal & Camille Tallent). Curateur des 27 images argentiques d’un appareil photo jetable confié à un amateur ou un artiste, le duo exploite cette ressource photographique exclusive pour concevoir un objet éditorial. 

Pour ce quatrième opus, la photographe Coline Jourdan a d’abord pris des photographies avant de plonger l’appareil jetable dans un mélange de pesticides et de produits considérés comme perturbateurs endocriniens qui font l’objet de luttes entre environnementalistes et lobbyistes. Il en résulte des images contaminées qui se répondent dans une chronologie de couleurs hallucinées. Le format de ce livre — en leporello — souhaite évoquer la forme longiligne et continue de la pellicule 35 mm ; un matériau qui est au coeur du Projet 27 Poses.
Le travail iconoclaste de Coline s’inscrit dans la lignée iconographique de PAÏEN et de son amour des images altérées. Dans les précédents numéros du Projet 27 Poses, PAÏEN avait mutilé les images originales offertes par leurs auteur.e.s grâce à des procédés d’impression radicaux. Dans cet opus, c’est Coline et la chimie qui ont effectué ce travail de dégradation. C’est la raison pour laquelle PAÏEN est resté fidèle aux négatifs de la pellicule qu’elle lui a confiée. 

Informations techniques
Photographe : Coline Jourdan
Titre : Projet 27 Poses : Coline 
Dimensions : 24 x 17 cm (déplié 24 x 263 cm)
Date : 2017

PAÏEN
(Lia Pradal & Camille Tallent)
www.paien.info

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Rebecca Topakian / Infra / Lancement

Dimanche 12 novembre de 17h à 20h, Classe Moyenne Éditions vous invite au lancement du livre de Rebecca Topakian, INFRA-

infra

INFRA- :
À la recherche des corps en transe, Rebecca Topakian utilise un appareil numérique qu’elle a transformé afin qu’il ne soit sensible qu’aux longueurs d’onde de l’infrarouge. En utilisant un éclairage du même type, invisible à l’œil humain, elle photographie les danseurs à la façon d’un espion, inspirée par les photographies de nuit des chasseurs. Les sujets se révèlent alors dans des moments d’abandon, loin d’une quelconque mise en scène. Leur silhouette fantomatique semble alors sortir du vide, et s’y effacent aussitôt, offrant au regardeur des portraits de l’oubli de soi.

Le livre se présente comme une collection de 20 posters de format A3 emboîtés et reliés par un élastique.
Impression argentée sur papier serio nero
600 exemplaires
20€

CLASSE MOYENNE ÉDITIONS :
Créer en 2016 entre Lille et Paris, classe moyenne éditions publie des livres et multiples d’artistes.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire